Spelerpes de Strinati

Ce petit amphibien protégé est présent dans les failles de nos murs, notamment près des lavoirs où il n’est visible, le plus souvent, que la nuit.

b_1_q_0_p_1

ATTENTION ! Sa survie dépend impérativement de l’humidité, des anfractuosités profondes, mais il faut éviter les dérangements et une lumière trop vive. Autant d’éléments vitaux pour l’espèce dont la commune a tenu compte pour réhabiliter les lavoirs.

Appelée aussi hydromante, Speleomantes strinatii se cantonne dans des milieux le plus souvent rocheux, frais, humides et sombres.

  • taxonomie

Amphibia, Urodela, Plethodontidae, Speleomantes, strinatii.

  • Statut

Espèce protégée à plusieurs titres dont l’Arrêté Ministériel du 19/11/2007.

  • Habitat

Grottes, caves, murs de pierres sèches, etc, dont la température est comprise entre 3° et 19°, avec une humidité supérieure à 75%.

  • Répartition

Espèce endémique du sud-est de la France (dont les communes de Roure, St Sauveur sur Tinée, Isola, etc.) et du nord-ouest de l’Italie, présente dès le bord de mer et jusqu’à plus de 2000 m d’altitude.

DESCRIPTION ET ECOLOGIE DE L’ESPÈCE

Les adultes mesurent environ 10 cm de long. L’espèce est strictement terrestre mais les pattes sont terminées par des doigts palmés lui permettant de se déplacer à la verticale.

Dépourvu de poumon, ces animaux respirent par la peau et les muqueuses de la bouche. Les femelles, ovipares, sont légèrement plus grandes que les mâles ; elles pondent une dizaine d’œufs qu’elles protègent jusqu’à éclosion, au bout de 10 mois. Les spélerpes se nourrissent d’invertébrés du sol (araignées, crustacés, myriapodes, etc.) qu’elles chassent à l’affût et capturent à l’aide de leur langue protractile qu’elles projettent, tel un caméléon, à quelques centimètres.