Une architecture minérale

cg06-patrimoine-communes_roure_archi

Les maisons forment une ligne continue d’habitations appuyées à la montagne. Elles  superposent sur quatre ou cinq niveaux pièces d’habitation et locaux liés à l’exploitation agricole : écurie (pour l’âne ou le mulet), porcherie, salle commune, chambres, grenier de séchage et de conservation des aliments. L’essentiel des bâtiments agricoles, constitués de granges, se trouve à l’extérieur du village. La particularité du mode de construction est l’utilisation de matériaux locaux extraits à proximité. Les murs sont faits de pierres de couleur rouge, des pélites du Permien,  assemblées à la chaux, et les toits sont en lauzes du pays, que les habitants préféraient aux bardeaux de mélèzes. Les lauzes nécessitaient des charpentes extrêmement solides, capables de supporter au moins 250 kg au mètre carré, mais à Roure les ressources forestières sont abondantes. Le village a conservé son réseau initial de rues de la largeur d’un chemin muletier, impropres donc, aujourd’hui, à la circulation automobile. La route qui aboutit à la place de l’église est de construction récente (années 1930).